NOUVEAUTÉS

À lire aussi

Saanich rejette l’idée de stopper la fusion

21 avril 2020 | François Macone

Dans une confusion générale, les conseillers municipaux de Saanich ont rejeté la motion déposée par le maire Fred Haynes demandant l’annulation du processus de fusion entre Saanich et Victoria.

Confusion et étonnement. Tels sont les maitres mots qui pourraient caractériser le sentiment général qui a plané dans l’assemblée plénière de ce lundi 20 avril à Saanich.

En fin de conseil, les élus ont examiné une motion déposée par le maire de Saanich, Fred Haynes, demandant d’accepter de cesser les activités de l’Assemblée Citoyenne, un comité qui a été créé pour étudier la faisabilité et les couts d’une possible amalgamation entre les deux communes.

M. Haynes avait précédemment déclaré que les récents développements liés à la crise sanitaire l’ont amené à reconsidérer la priorité de ce projet, et que son arrêt libérerait d’importantes ressources en interne qui pourrait être réaffecté au budget 2020 pour alléger la pression financière sur les résidents.

Or, à l’ouverture des débats, il a rapidement fait face à une vague d’hostilité prononcée des autres conseillers. Il lui a était également reproché de ne pas avoir approché la ville de victoria au préalable. « Je voulais en discuter d’abord avec le conseil, et je suis très à l’aise avec cette approche », a-t-il déclaré.

La première salve est venue de la conseillère Rebecca Mersereau : « je m’oppose à cette motion, car je n’ai pas senti d’urgence pour annuler cette initiative. Pourquoi elle en particulier dans notre plan stratégique et pas une autre ? Malheureusement, la seule explication logique que je vois c’est que c’est surement une opportunité pour ceux qui ne soutiennent pas cette initiative pour supprimer le financement ».

Des propos appuyés par ceux de Karen Harper : « nous examinons le seul article qui a été approuvé par scrutin. C’est une pente dangereuse, nous avons passé beaucoup de temps à établir le mandat de l’assemblée. Nous devrions plutôt nous demander que pouvons-nous faire pour avancer sur le dossier avec nos partenaires. »

Rappelons que l’Assemblée des Citoyens a vu le jour en 2018, lors des élections municipales, après avoir été approuvée par 67 % des électeurs de Saanich et 57 % des électeurs de Victoria. Après plus d’un an de discussions, en janvier 2020, les deux municipalités avaient réussi à s’entendre sur les contours de son mandat.

Également en désaccord, le conseiller Ned Taylor : « en dépit de chacune de nos opinions sur l’amalgamation, le public nous a demandé de nous y pencher. Nous avons la responsabilité de répondre à leur souhait. Bien sûr je comprends qu’avec la pandémie, les choses n’iront pas selon le planning escompté, mais nous pouvons trouver des solutions ».

Puis ce fut au tour de Zac de Vries : « L’approche n’est pas bonne. Avant de déclarer que nous cessons nos actions, nous devons nous réunir avec Victoria et la province pour étudier quelles sont nos options pour continuer ce travail durant la pandémie. »

Face à ce camouflet, M. Haynes a rapidement tenu à nuancer sa position en indiquant que ce rapport n’a pas pour but de supprimer l’assemble citoyenne et d’annuler le processus d’amalgamation, mais de « cesser et s’abstenir jusqu’à nouvel ordre ».

« Je ne comprends pas pourquoi suggérer qu’il y ait une tentative d’annulation, c’est pour informer nos citoyens, la province et la ville de Victoria qu’en ces circonstances extraordinaires nous ne pouvons pas procéder comme convenu et qu’il vaut mieux reprendre les travaux de l’assemblée citoyenne quand le timing semblera plus approprié. »

Pourtant, et comme ne sont pas privé de lui rappeler plusieurs conseillers, le rapport à l’étude était bel et bien intitulé : « District of saanich cancellation of amalgamation study».

Dès lors, la confusion semblait totale et la motion, rejetée par l’assemblé des conseillers, n’était plus défendable. Pourtant, des questions restaient en suspens. Comment en effet garantir la tenue de l’Assemblée et la participation de ses 75 membres dans des conditions sanitaires adéquates ? La feuille de route et les délais demeurent-ils inchangés, malgré les évènements liés à la crise du Covid 19 ?

Aussi, le conseiller Plant a suggéré une nouvelle motion, en substance à l’opposé de celle initialement déposée, demandant que les services des deux villes se rapprochent pour étudier comment l’assemblée citoyenne peut continuer son travail en ces temps de pandémie.

La motion a été adoptée à l’unanimité.

À lire aussi

L’événement annuel de Radio Victoria arrive à grands pas. 

16 novembre 2022

Spécial Rifflandia vol. 2

17 octobre 2022

Spécial Rifflandia

14 septembre 2022