ACTUALITÉS

À lire aussi

Enseigner le français aux membres des Forces maritimes du Pacifique

27 janvier 2020 | Radio Victoria

Photo: Pixabay

Au micro de Bonjour Victoria!, Céline Bélanger et Nadège Rigaud, professeures à l’École navale du Pacifique, partagent leur expérience en tant qu’enseignantes auprès des membres des Forces maritimes du Pacifique. Toutes deux sont d’ailleurs très engagées auprès de la communauté francophone, notamment en siégeant sur le comité de l’associations des parents de l’école Victor-Brodeur.

Comme elles l’expliquent, la formation qu’elles offrent se compose de 11 niveaux de progrès, à raison de 150 heures de formation par niveau. « Au mois de juin, les étudiants passent les examens officiels de la fonction publique, et cela fonctionne comme un programme de formation continue avec des examens à échéances », disent-elles.

De leur côté, les étudiants sont mutés pendant l’année pour y apprendre le français pendant une période de 10 mois. « Ils ont des objectifs à atteindre selon des profils linguistiques bien précis à l’oral, en lecture, en écriture, etc. C’est un cours très concentré et ils ne peuvent pas continuer à travailler dans leur propre poste en même temps », précisent-elles.  

Cela dit, hors des cours, les enseignantes mentionnent qu’ils existent plusieurs façons de parfaire ses connaissances en français. « Plusieurs organismes offrent de belles activités, dont l’Alliance française, des activités de conversation dans des cafés et restaurants, etc. On les encourage aussi à regarder des films en français ou avec sous-titres, ou à lire les paroles de chansons. Grâce à Internet, il y a plein de moyens pour perfectionner son français », conseillent les enseignantes.

L’école navale du Pacifique compte une vingtaine d’étudiants pour une dizaine de professeurs, et ce, parmi les 6 000 employés de la base maritimes.

À lire aussi

Parle-moi de ton bilinguisme

21 juin 2022

Un festival de 10 jours offert par l’orchestre symphonique de Victoria

31 mai 2022

La mort d’un apiculteur : l’analyse de Louis Normand Hébert

30 mai 2022