ACTUALITÉS

À lire aussi

Pourquoi vous devriez prendre du recul avec les faons ?

30 avril 2020 | Radio Victoria

Famille de cervidés dans la rue Wollaston à Esquimalt
Photo : Radio Victoria

Maintenant que le printemps est arrivé, les résidents du Grand Victoria commencent à apercevoir les petits des cervidés, faisant leurs premiers pas dans toute la ville.

Qu’ils se trouvent dans votre cour arrière ou dans un parc, ces jeunes sont souvent vus seuls, ce qui conduit de nombreuses personnes à penser qu’ils sont orphelins ou en détresse. Il peut donc être tentant de les approcher, mais cela est déconseillé même si l’animal est effectivement blessé ou en danger.

Pourquoi ?

Selon une étude, les faons ne se nourrissent généralement que 2 à 3 fois par jour pendant les premières semaines de leur vie. Lorsqu’ils n’ont pas besoin d’allaiter, ils choisissent d’être loin de leur mère et se déplacent plusieurs fois par jour toute seule. Mais la biche n’est jamais loin – elle est toujours à moins de 100 métres d’eux – même si vous ne pouvez pas toujours la voir.


Toucher un faon signifie laisser votre odeur humaine sur lui et cela le rend bien plus facilement repérable par les prédateurs, car les faons ont naturellement peu ou pas d’odeur.


Que faire si un faon est blessé / en danger ?

Si vous soupçonnez qu’un faon est orphelin, Animal Control Services vous  recommande  « d’observer à distance pendant 12 à 18 heures » pour voir si la mère revient. Si elle n’est toujours pas revenue, appelez le BC SPCA Wild Animal Rehabilitation Centre (WildARC) au 250-478-9453.


D’autres raisons d’appeler WildARC :

Si un cervidé s’approche trop des humains.

Si un cervidé est visiblement blessé.

Si un cervidé se trouve dans une zone dangereuse, telle que dans la circulation.

Si un cervidé a mangé de la nourriture donné par un humain, dans ce cas d’ailleurs il est bon de rappeler qu’il est illégal de laisser de la nourriture pour les animaux sauvages, comme, les ratons laveurs, les lapins, etc.

Source : Victoria Buzz

À lire aussi

Parle-moi de ton bilinguisme

21 juin 2022

Un festival de 10 jours offert par l’orchestre symphonique de Victoria

31 mai 2022

La mort d’un apiculteur : l’analyse de Louis Normand Hébert

30 mai 2022