Victoria réautorise les campements en ville sous conditions

La maire de Victoria, Lisa Helps, demande davantage de ressources policières pour assurer la sécurité des personnes dans et aux abords des parcs de la ville.

Le conseil municipal de Victoria a décidé jeudi, après de longues heures de débats, de permettre aux personnes sans domicile de se réfugier dans Centennial Square, malgré la fermeture du site il y a quelques jours à peine en raison d’activités criminelles.

Lors d’une réunion en session plénière, jeudi, le personnel a soumis un rapport recommandant que Centennial Square — mais aussi Summit Park, Moss Rocks Park, MacDonald Park, South Park, Robert Porter Park et David Spencer Park — soit ajouté à la liste des parcs où s’abriter est interdit.

Cependant, le conseil a voté par 5 voix contre 3 pour retirer la place du Centenaire de cette liste. La maire Lisa Helps et les conseillers Charlayne Thorton-Joe et Jeremy Loveday s’y sont opposés.

Au cours de la réunion, les campeurs et les partisans se sont rassemblés devant l’hôtel de ville pour manifester leur opposition au déplacement et pour écouter la réunion en direct.

Le conseil municipal a par ailleurs demandé au service des règlements des parcs de limiter le nombre de campeurs qui s’abritent dans chaque parc autorisé et exiger que les tentes soient installées à au moins 4 mètres les unes des autres pour accroître la sécurité incendie et lutter contre la propagation de la Covid-19.

De plus, les refuges sont interdits à moins de 50 mètres d’une école, une nouvelle restriction qui découle en grande partie des préoccupations concernant les campements dans le parc Beacon Hill en face de l’école South Park à James Bay.

Le Conseil a également accepté de dépenser 165 000 $ supplémentaires en 2020 pour embaucher cinq agents des règlements administratifs, et une proposition de la maire visant à augmenter les patrouilles de police dans ces secteurs a été reportée jusqu’à ce que le conseil puisse obtenir plus d’informations sur la situation budgétaire du service de police.

Le conseil a aussi accepté de dépenser 40 000 $ pour faire participer les personnes sans domicile à une réflexion globale sur une meilleure gestion des campements.

Le nombre d’abris temporaires a plus que doublé de juin à août et s’élève maintenant à environ 275, selon un rapport de la ville. Cela s’ajoute aux 500 personnes qui ont été transférées dans d’anciens hôtels et d’autres sites achetés ou loués par BC Housing depuis le début de la pandémie.

Lisa Helps a souligné que les mesures approuvées ce jeudi demeurent temporaires. Les modifications des règlements prendront fin 30 jours après la fin de l’état d’urgence provincial.

« Si vous regardez les problèmes que nous rencontrons dans nos rues, il s’agit du sans-abrisme, du logement, des soins de santé, aucun de ces problèmes ne relève de la compétence municipale. C’est une crise régionale. C’est une crise provinciale, une crise fédérale, et le fait que ce fardeau soit supporté dans notre région par une seule municipalité, ce n’est pas juste. Nous avons besoin d’aide », a déclaré le conseiller Jeremy Loveday.

Share on facebook
Partager sur Facebook
Share on twitter
Partager sur Twitter

Aussi dans l'actualité du Grand Victoria :