Victoria : le budget de la police en question - Radio Victoria

Victoria : le budget de la police en question

VicPD budget police victoria actualité francophone Victoria Colombie Britannique
Avec 296 officiers, Victoria est la ville du Canada avec la plus forte
présence policière par habitant. Photo : Radio Victoria.

La Ville de Victoria s’apprête à dépenser plus en 2021 pour son service de police VicPD que pour l’intégralité de son budget d’investissement. Une situation inédite qui soulève des interrogations sur le poids budgétaire grandissant de VicPd, qui consomme déjà près du quart des ressources de fonctionnement du budget de la ville.

Dans un contexte d’incertitude économique, les élus et les services de la Ville de Victoria proposent un budget 2021 pour le moins prudent. 

Avec 260 millions de dollars inscrits en fonctionnement, la capitale se donne comme priorité d’assurer la continuité des quelques 200 programmes et services municipaux et de payer les salaires.

En revanche, la part du budget d’investissement a été largement revue à la baisse par rapport à l’an dernier, avec seulement 53 millions de dollars inscrits pour les projets d’immobilisations, contre 84 millions l’an passé.

Pandémie oblige, les ressources sont en baisse, et le conseil municipal veut limiter le poids des prélèvements auprès des administrés en plafonnant l’augmentation des taxes de propriétés à 1% plus l’inflation.

Des efforts qui devraient donc limiter l’augmentation du budget total de la capitale aux alentours de 1.175% par rapport à 2020.

Mais dans la présentation du détail de ce projet de budget 2021, une ligne budgétaire choque par sa démesure, celle du service de police, avec plus de 60 millions de dollars.

De plus, cette proposition de nouveau budget du service de police de la ville, qui consomme déjà près du quart (23%) du budget de fonctionnement, reflète une augmentation de 1,5% par rapport à l’année dernière.

Une iniquité dans les efforts de prudence et d’économie, imposés à tous les services, qui a conduit plusieurs élus a demandé au conseil d’administration de la police de Victoria et d’Esquimalt de retoucher leur demande budgétaire 2021.

D’autant que les deux municipalités avaient déjà consenti en 2020 à une augmentation de 4,4% (+ 2,5 millions $) du budget de VicPD par rapport à l’année précédente.

C’est en ce sens que le conseiller Ben Issit a déposé lundi, lors du débat d’ajustement budgétaire, une motion demandant à ce que le service de police retouche sa proposition budgétaire pour la maintenir au même niveau qu’en 2020.

Car dans le détail, l’augmentation nette du budget de VicPD pour 2021 réside intégralement dans l’augmentation des salaires ( + 875.000 $, dont 747 000$ à la charge de la capitale, le reste étant la participation d’Esquimalt), et ne contient aucune création de poste d’officier supplémentaire.

Victoria, la ville avec la plus forte présence policière par habitant du Canada

La motion a été rejetée. La maire Lisa Helps, qui co-préside par ailleurs le conseil d’administration de VicPD au côté de la maire d’Esquimalt Barbara Desjardins, a voté contre.

Elle a expliqué que tout avait été fait en amont pour faire des économies, et que « ce montant, s’il assure un fonctionnement adéquat et efficace de la police sans compromettre la sécurité de la communauté, n’est pas suffisant pour que VicPD délivre le genre de services de police que la communauté désire ».

Des propos qui étayent ceux du chef de la police, Del Manak, qui avait déclaré à nos confrères du Time Colonist que « le budget provisoire du département de police de Victoria pour 2021 ne répond pas aux besoins du département de s’attaquer aux causes profondes de la criminalité ». 

Une affirmation confirmée par Statistiques Canada, qui indique que Victoria est la deuxième ville du pays qui a connu le plus fort taux d’évolution du niveau de criminalité (14%) entre 2018-2019, ainsi qu’une augmentation de la gravité des crimes et délits (+16%), juste derrière  Kelowna, avec respectivement 24% et 20%.

Pourtant, Victoria a la plus forte présence policière par habitant parmi les villes canadiennes de 100 000 habitants ou plus. Selon Statistique Canada, VicPD comptait en 2018 215 policiers pour 100 000 habitants, 245 en 2019 – soit environ un agent des forces de l’ordre pour 425 habitants à Victoria et à Esquimalt.

Cette proportion a continué d’augmenter en 2020, puisque pour 92.000 habitants (110 000 en comptant Esquimalt) et une superficie municipale de 20 km², VicPD comptait l’an dernier 296 officiers de police, soit un agent pour 311 habitants. 

Un ratio plus de deux fois supérieur à celui de sa voisine Saanich (1 officier de police pour 817 habitants), sur un territoire pourtant 5 fois moins grand (104 km²).

Mais selon M. Del Manak, le département de police consomme beaucoup de ressources car il est responsable d’un centre-ville qui attire des gens de 13 municipalités du grand Victoria.

Des élus divisés sur la question 

Pour la conseillère Marianne Alto, 2021 permettra de tirer le bilan des solutions alternatives de réponses policières mises en place par la municipalité lors d’intervention relevant de problème d’addiction ou de santé mentale : « si les modèles de réponses alternatives sont un succès, cela justifiera alors la baisse du budget de la police en 2022», a-t-elle expliqué.

La conseillère Sarah Potts demande quant à elle que les ratios des ressources dépensées pour le services de police et dans les politiques de logement et de lutte contre la pauvreté soit harmonisés, et « d’augmenter les ressources dans le domaine de la santé plutôt que de les transférer année après année au service de police ».

Pour le nouveau conseiller Stephen Andrew, la distinction entre le financement des services de police et celui de la réponse municipale aux problèmes de pauvreté et de logement ne doit pas être dichotomique.

« Ce ne doit pas être un débat « soit ou soit » [neither or nor, ndlr], et nous devons mettre la pression sur les différents niveaux de gouvernement pour qu’ils fournissent un soutien aux personnes sans abris et ceux qui ont des problème de santé mentale ».

Aussi, le conseiller Jeremy Loveday a déposé une autre motion. Il propose que VicPD rende des comptes sur les montants économisés en 2020, résultant de la baisse de l’activité nocturne, du nombre d’événements et de festivités et à la limitation des manifestations publiques.

Et en vue d’harmoniser les sacrifices et les compromis budgétaires avec ceux réalisés par l’ensemble des services municipaux, que ces montants soient répercutés dans une nouvelle demande budgétaire du service de police pour 2021.

La motion est passée avec six voix pour et trois voix contre.

Plus d'articles :