Retour avec émotions sur la victoire pour l’éducation en français

Marie-Pierre Lavoie (présidente, CSF) et Suzana Straus (présidente, fédération des parents francophones de la C.-B.)
Photo : Fédération des parents francophones de Colombie-Britannique/facebook

Vendredi dernier, la Cour suprême du Canada a donné raison à la communauté francophone de la Colombie-Britannique, qui réclamait depuis dix ans devant les tribunaux que le système scolaire de langue française soit mis à égalité avec le système anglophone. 

Ainsi, le plus haut tribunal du pays ordonne au gouvernement provincial de payer au Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique 6 millions de dollars en dommages et intérêt et 1 million de dollars pour des fonds que le CSF aurait dû recevoir.

Suzana Straus, présidente de la Fédération des parents francophones de la Colombie-Britannique est revenue avec nous ce matin sur ce moment d’émotions et sur l’avenir de l’éducation en français lors de la matinale Bonjour Victoria !.

Le coeur de leur combat, mené depuis plus de 10 ans, était et est toujours le respect des droits des francophones, dont la situation a été décrite comme « critique » par Marie-Pierre Lavoie, présidente du Conseil Scolaire Francophone de la Colombie-Britannique. Suzana Straus, appuie ce constat et souhaite que les changements opèrent prochainement en énonçant les difficultés que les écoles francophones affrontent dans notre province : le transport, les locaux, la localisation…

« C’est le temps de se retrousser les manches ! »

Suzana Straus, présidente de la fédération des parents francophones de la C.-B.

Dans les prochains mois, la fédération des parents francophones de la C.-B. va pouvoir définir un nouveau cadre pour une bonne éducation des jeunes francophones.

Retrouvez l’entrevue avec Suzana Straus, présidente de la fédération des parents francophones de la C.-B., au complet dans ce balado.

Plus d'articles :