Une Première nation de l’île de Vancouver ne veut plus voir de touristes

Hot Springs Cove
Photo : Mathijs Deerenberg sur Unsplash

Une Première nation de l’île de Vancouver, affirme qu’en dépit de ses efforts pour éloigner les visiteurs pendant la pandémie, les touristes continuent à être présents.

CHEK News rapporte que Hot Springs Cove a longtemps été, pour les touristes visitant la région de Tofino, l’une des attractions les plus populaires – mais en raison de la COVID-19, comme celle-ci se trouve à l’intérieur du parc provincial Maquinna, Hot Springs Cove a dû fermer.

Elle fait également partie des territoires traditionnels de la Première nation Hesquiaht, une Première nation éloignée située à environ 55 kilomètres par bateau de Tofino.

Il y a deux mois, le conseil Nuu-chah-nulth, qui représente 12 Premières Nations, dont la Première nation Hesquiaht, a déclaré qu’il souhaitait que les touristes restent à l’écart pendant la pandémie – à moins qu’un certain nombre de conditions ne soient remplies.

Ces conditions comprenaient une meilleure traçabilité des cas et un accès plus facile au test de dépistage du virus.

Le conseil a récemment rencontré la Dre Bonnie Henry, pour discuter de ces questions.

La province a déclaré dans un communiqué que les deux parties avaient convenu de travailler « en collaboration » et que la meilleure façon d’avancer était de poursuivre le dialogue.

Pourtant, malgré l’appel des Nuu-chah-nulth et des Hesquiaht de rester à l’écart, ainsi que l’installation de panneaux d’avertissant, les bateaux de touristes continuent d’arriver sur leurs côtes. 

Source : CHEK News

Share on facebook
Partager sur Facebook
Share on twitter
Partager sur Twitter

Aussi dans l'actualité du Grand Victoria :