CSF : une nouvelle bataille remportée pour l’éducation en français

Source : Tetbirt Salim sur Unsplash

Vendredi 17 juillet, le gouvernement fédéral a annoncé que pour la première fois le recensement va dénombrer tous les enfants d’ayants droit en vertu de l’article 23 de la Charte canadienne des droits et libertés.

Le prochain recensement aura lieu en mai 2021.

Lors de Bonjour Victoria !, enthousiaste à l’annonce de cette nouvelle, Marie-Pierre Lavoie, présidente du Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique (CSF), a tenu à rappeler ce que garantit l’article 23 de la Charte aux citoyennes et citoyens canadiens :

« Celle-ci donne le droit de faire instruire les enfants dans un programme d’éducation francophone en milieu minoritaire dans le cas où les parents ont pour première langue apprise et encore comprise le français, s’ils ont reçu leur instruction au niveau primaire en français au Canada ou si leurs enfants ont reçu ou reçoivent leur instruction au niveau primaire ou secondaire en français au Canada ».

Par ailleurs, la réalité sociodémographique des communautés francophones en situation minoritaire est telle que le nombre d’enfants des catégories que le recensement a rendu « invisible » grimpe en flèche.

Le CSF, ainsi que de nombreuses organisations à travers le pays, avaient demandé au gouvernement fédéral d’effectuer ces changements peu de temps après la victoire en Cour Suprême.

Il n’est donc pas surprenant que la plupart des écoles du CSF débordent et se remplissent dès leur ouverture.

La présidente du CSF donne notamment l’exemple des chiffres sous-estimés qui ont été utilisés à la Cour Suprême du Canada lors du rendu de leur décision le 12 juin dernier. « À [ l’École La Vallée de ] Pemberton on annonçait 46 élèves qui avaient le droit de se faire inscrire en 2016, mais dans l’école on avait en fait 59 élèves (…) et la juge ne s’est basée que sur le recensement. Alors c’était extrêmement important pour nous de faire reconnaitre tous les enfants ».

Un travail qui a porté ses fruits, retrouvez-en tous les détails dans cette entrevue avec Marie-Pierre Lavoie, présidente du Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique, en écoutant ce balado :

Plus d'articles :