Pollution marine avec Dr Teale Phelps Bondaroff

Gary Stokes, directeur des opérations pour Oceans Asia avec des masques ramassés sur une plage
Photo : Oceans Asia

Au micro de Bonjour Victoria ! ce matin, Dr Teale Phelps Bondaroff, un chercheur en relations internationales qui détient un doctorat en politiques internationales de l’Université de Cambridge. Il a également obtenu un baccalauréat en sciences politiques et en relations internationales de l’Université de Calgary. Ses recherches de doctorat ont porté sur la stratégie de la Sea Shepherd Conservation Society, une organisation non gouvernementale internationale maritime à but non lucratif, vouée à la protection des écosystèmes marins et de la biodiversité. Ses recherches en cours, à titre de chercheur invité, au Centre for Global Studies portent, entre autres, sur le militantisme marin.

Dr Phelps Bondaroff, également directeur de recherche pour Oceans Asia, est aussi un spécialiste de la pêche illégale et a été l’auteur principal de la publication The Black Fish and Global Initiative against Transnational Organized Crime, qui explore le lien entre la pêche illégale et le crime organisé.

Lors de cette entrevue, Dr Phelps Bondaroff, nous apprend que plus de 70 masques ont récemment été trouvés, sur moins de 100 mètres de distance, sur une plage de Hong Kong. À la question, « Est-ce que cela pourrait arriver sur nos plages ? » notre invité répond « J’espère que non mais on ne sait jamais, le plastique peut voyager des milliers de kilomètres. »

Le nettoyage communautaire des plages est maintenant très courant sur nos plages et nos côtes. Bien qu’il s’agisse d’initiatives utiles, qui servent à des exercices d’éducation et de sensibilisation – ainsi qu’à l’élimination de la pollution qui pourrait constituer une menace pour la faune – le nettoyage des plages n’est pas la solution, nous affirme notre invité.

Le plastique à usage unique est maintenant l’une des plus grandes menaces pour notre environnement, nous rapporte Dr Phelps Bondaroff. Nos déchets de plastique s’accumulent à un rythme incroyable, et pourtant, nous continuons d’en produire plus de 300 millions de tonnes par année. Plus de 8 millions de tonnes de ce plastique pénètrent dans nos océans chaque année, ce qui dévaste les écosystèmes marins et menace la faune. La pollution plastique tue environ 100 000 mammifères marins chaque année, ainsi que des millions d’oiseaux et de poissons.

Le plastique ne disparaît jamais, il se décompose en morceaux de plus en plus petits, que l’on appelle des microplastiques. Lorsque ces minuscules morceaux de plastique sont ingérés par les animaux, et ils le sont de plus en plus, cela bloque leur tube digestif, causant une mort par suffocation, ou en remplissant l’estomac, entraînant une malnutrition, la famine voir potentiellement la mort. Les toxines provenant du plastique ingéré se transfèrent dans la chair et les organes de l’animal, atteignant possiblement les humains qui les attrapent et les mangent.

Retrouvez l’entrevue complet en balado :

Sous une autre casquette, Dr Teale Phelps Bondaroff nous parle d’une initiative dont il est l’un des piliers #ChalkYourWalk. Lancé par Greater Victoria Placemaking Network ce mouvement à pour but d’aider à établir et maintenir des liens entre les voisins pendant cette période de distanciation sociale et pour soutenir les travailleurs en première ligne des services de santé.

Notre invité encourage les résidents de tous âges à utiliser la craie de trottoir pour dessiner des représentations inspirantes, des phrases, des poèmes, des jeux, ou quoi que ce soit qui pourrait aider à établir des liens entre voisins. Dr Teale Phelps Bondaroff, nous fait savoir, que vous pouvez récupérer un paquet de craies dans une des petites bibliothèques près de chez vous.

Twitter twitter.com/VicPlacemaking 

Facebook facebook.com/groups/vicplacemaking/

Instagram instagram.com/vicplacemaking/ 

Deux personnes dessinant à la craie sur un trottoir
Photo : Dino Demopoulos
Share on facebook
Partager sur Facebook
Share on twitter
Partager sur Twitter