Parlement jeunesse: des jeunes aux idées tranchées sur le transport, le logement, la vaccination et l'Internet - Radio Victoria

Parlement jeunesse: des jeunes aux idées tranchées sur le transport, le logement, la vaccination et l’Internet

Le cabinet de l’édition 2020. Photo: https://www.cjfcb.com/

Au micro de Bonjour Victoria!, Jean Pagé, vice-président du cabinet 2020 du Parlement jeunesse francophone de la Colombie-Britannique, revient sur la 22e édition de l’événement, qui a regroupé plus de 100 participants de partout en province, et ce, pendant trois jours de simulation parlementaire.  

Quatre sujets ont retenu l’attention des jeunes. Pour le transport, l’idée proposée était de bâtir des lignes de trains qui connecteraient les grandes villes de la province et les régions. « Nous avons proposé plusieurs solutions pour nous débarrasser des voitures au centre-ville de Vancouver, tout en connectant la ville aux régions », dit Jean Pagé.  

En ce qui concerne les logements, le projet de loi propose que le gouvernement construise des maisons pour acheter ou louer selon le revenu des individus. « Les jeunes d’aujourd’hui ne se voient pas acheter une maison, compte-tenu de leur prix exorbitant, surtout quand on sort de l’université très endetté », continue le vice-président.  

Un autre sujet de débat visait la vaccination obligatoire pour tous. « On a vu cette année dans une communauté francophone une épidémie de rougeole, car les parents n’avaient pas vacciné leurs enfants », rappelle Jean-Pagé. Pour lui, ces maladies que l’on pensait éradiquées ne devraient pas réapparaître. « Ainsi, n’importe qui qui voudrait entrer sur le territoire de la Colombie-Britannique devrait présenter une preuve de vaccination, se faire vacciner ou se voir déporter », tranche-t-il.

En terminant, la question de la sécurité sur Internet a aussi été soulevée. « Nous voulons nationaliser l’Internet par l’entremise d’une compagnie de la Couronne qui serait le seul fournisseur. Nous souhaitons aussi que le Web soit strictement surveillé pour empêcher la cyberintimidation et l’éclosion de groupe terroriste en ligne », termine Jean Pagé.

Plus d'articles :