« Pour que la francophonie rayonne » : nouvelle direction générale à la FFCB - Radio Victoria

« Pour que la francophonie rayonne » : nouvelle direction générale à la FFCB

Emmanuelle Corne-Bertrand, nouvelle directrice générale de la FFCB
Photo : La Fédération des francophones de la Colombie-Britannique

La Fédération des francophones de la Colombie-Britannique a depuis le 17 juin une nouvelle directrice générale, et le travail ne manque pas.

En entrevue à Bonjour Victoria ! la nouvelle directrice générale, Emmanuelle Corne-Bertrand, a discuté de la modernisation de La Loi sur les langues officielles, des 75 ans de la FFCB, du besoin d’une politique des services en français pour la Colombie-Britannique mais aussi de sa volonté de faire « rayonner la francophonie autour de nos communautés ».

La nouvelle directrice souhaite « surtout developper plus d’accompagnement pour les membres de la Fédération et d’avoir plus de contact avec les autres communautés ».

Emmanuelle Corne-Bertrand, qui depuis deux ans vit à Vancouver, a un parcours exclusivement associatif.

Elle a été responsable des relations institutionnelles pour les Scouts et Guides de France de 2012 à 2018 ainsi que gestionnaire de projet pour l’association Terre des Hommes, de 2006 à 2012, une ONG de solidarité internationale qui agit pour la mise en œuvre de développement durable et de défense des droits de l’enfant.

« La cause de la francophonie en Colombie-Britannique c’est une cause qui me tient à coeur, ça me fait vraiment plaisir de prendre cette fonction », a dit Emmanuelle Corne-Bertrand.

Une année chargée

Les dossiers ne manquent pas pour la nouvelle directrice générale.

Sur le plan politique, la FFCB participe aux travaux de modernisation de La Loi sur les langues officielles et milite pour une loi sur les services en français.

La Colombie-Britannique est la seule province sans politique de services en français.

Depuis 2011, la FFCB se bat aussi pour l’accès à des services d’emplois en français. Le gouvernement fédéral avait en effet transféré ses responsabilités en la matière à la province, et celle-ci avait fermé cinq centre d’emplois francophones. La FFCB s’était tourné vers la Cour fédérale, afin de savoir si la province devait suivre La loi sur les langues officielles qui s’applique aux institutions fédérales.

Bien que la Cour fédérale ait donné raison à la province, elle avait noté le caractère vague et inprécis de certains aspets de la Loi. Le gouvernement de Justin Trudeau s’était alors engagé à moderniser cette loi.

Elle devra aussi gérer le départ tumulteux de son prédecesseur. Louis Moubarak poursuit la FFCB affirmant qu’il a été congédié sans motif valable. Il en était le directeur général pendant moins d’un an, de juin 2019 à mars 2020.

Depuis le dépôt de la poursuite, la FFCB nie les accusations de M. Moubarak.

Plus d'articles :