Les enjeux environnementaux au cœur de l’élection provinciale

Des manifestants pour la marche pour le climat le 27 septembre 2019 à Victoria. Photo : Marina Van Wittenberghe

Changement climatique, émission de gaz à effet de serre, bilan carbone, empreinte environnementale, réchauffement, écologie politique…  Vous avez sûrement déjà entendu ces termes, mais quel en est votre degré réel de compréhension ?

Regards sur le grand Victoria reçoit cette semaine Aloïs Gallet et Alexa Camargo, fondateurs d’EcoNova, un organisme à but non lucratif qui transforme l’éducation environnementale et climatique en activité créative, ludique et interactive.

Avec ateliers pratiques et formation en milieu scolaire, notamment celles du Conseil scolaire francophone, EcoNova sensibilise les jeunes enfants mais aussi les adultes et nous interpelle sur le lien entre ces notions, dont la juste perception devient aujourd’hui essentielle pour mieux appréhender les différentes annonces et décisions politique de préservation de l’environnement.

Ainsi, le gouvernement fédéral a annoncé hier l’interdiction des sacs de caisse en plastique, des pailles, des bâtonnets à mélanger, des couverts et des emballages alimentaires fabriqués à partir de plastique difficile à recycler. Une décision qui recoupe celle déjà prise par la ville de Victoria dans le cadre de son plan Zéro déchet, ainsi qu’une promesse de campagne du Nouveau Parti démocratique.

En effet, les préoccupations écologiques se retrouvent également dans les programmes des partis en course pour l’élection provinciale du 24 octobre prochain, pour laquelle nous consacrons une page spéciale en trois temps, avec les dernières estimations d’intention de vote qui donnent le NPD largement gagnant, un sondage sur les attentes des Britanno-colombiens et l’actualité de la campagne des principaux partis, avec notamment l’annonce de la plateforme de réélection du NPD.

Une élection qui fait également réagir les municipalités, puisque le BC Urban Mayors Caucus, composé des treize maires des plus grandes villes de la Colombie-Britannique, et coprésidé par la maire de Victoria Lisa Helps, demande aux quatre principaux chefs des partis de décrire leurs programme sur quatre points clés : la santé mentale, la toxicomanie et ses traitements, le logement abordable, le transport en commun et la refonte de la relation financière entre les gouvernements locaux et la province.

Enfin, à Victoria, un nouveau rapport reçu par les élus du conseil municipal pointe la pénurie de services de garde agréés dans la communauté. La capitale compte actuellement 7 050 enfants âgés de 0 à 12 ans pour seulement 2817 places en garderie, soit près de 5000 places manquantes, et la durée d’attente moyenne pour une inscription est de 1 à 2 ans.

Si la maire de la capitale demande le soutien financier dans ce dossier des échelons supérieurs de gouvernement, les élus ont invité leurs services à élaborer un rapport pour augmenter l’offre de garde d’enfants de 28 places par an pour les enfants de cinq ans et moins et de 128 places par an pour les enfants âgés de six à 12 ans.

Bonne écoute.

Plus d'articles :