Les eaux usées du Grand Victoria testées pour le coronavirus

Photo : Trust « Tru » Katsande sur Unsplash

Cette semaine, une équipe de chercheurs de l’Université de Victoria collecte des échantillons d’eaux usées des stations de pompage locales pour détecter d’éventuelles traces de la COVID-19.

Le matériel génétique du coronavirus se retrouvant dans les excréments humains, ce projet pourrait donc devenir « un système d’alerte » pour les autorités sanitaires afin d’annoncer les épidémies à venir, a expliqué Heather Buckley, responsable du Green Safe Water Lab.

L’étude des eaux usées pourrait être un moyen beaucoup plus rapide de déceler le virus que de tester des individus, car les données sur les taux d’infection peuvent être en retard par rapport aux transmissions réelles.

L’Université de Victoria a déclaré que la recherche indique que des traces du virus peuvent apparaître dans les eaux usées avant même que les gens ne soient symptomatiques – de même qu’ils peuvent aussi apparaitre chez les asymptomatiques.

Étant donné que Victoria n’a eu que très peu d’infections à la COVID-19, toutes les données collectées fourniront une base de référence et de comparaison utile quand le virus reviendra.

La collecte d’échantillons de 200 millilitres d’eaux usées se fera sur une période de 24 heures chaque semaine, et l’analyse des données commencera aussitôt, a précisé Mme Buckley.

Le projet dirigé par UVic est financé par la subvention Alliance du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada.

Les subventions de l’Alliance favorisent les collaborations entre des chercheurs universitaires et des organismes partenaires du secteur privé, du secteur public ou du secteur sans but lucratif. 

Source : Times Colonist

Plus d'articles :