Les Britanno-Colombiens ont écouté les autorités sanitaires

Les autorités sanitaires de la Colombie-Britannique ont tenu à féliciter la population dans leur effort pour éviter la transmission de la COVID-19, qui était en augmentation ces dernières semaines.

 Ils ont tout de même tenu à rappeler l’importance de s’isoler à la maison lorsque malade ou de retour dans la province.

La Colombie-Britannique compte 242 cas actifs, incluant cinq personnes à l’hôpital. Il s’agit du plus faible nombre de cas d’hospitalisation depuis l’annonce d’une urgence sanitaire à la mi-mars. Il n’y a aucun nouveau cas depuis lundi dans la régie de la santé de l’Île de Vancouver.

Laver les aliments crus

L’éclosion rapportée dans une usine spécialisée dans l’emballage de bleuets est maintenant liée à une soixantaine de cas. La médecin hygiéniste en chef Bonnie Henry a, à nouveau, confirmé qu’il n’y a aucun risque d’attraper la COVID-19 par la nourriture.

Elle a cependant rappelé de toujours bien laver les aliments crus, notant au passage l’éclosion actuelle de salmonellose dans la province. La salmonellose se transmet par les aliments contaminés, en particulier d’origine animale.

Renforcement des règles pour les ressortissants étrangers se rendant en Alaska

Les autorités sanitaires de la Colombie-Britannique ont salué le renforcement des règles pour les ressortissants étrangers se rendant en Alaska à des fins non discrétionnaires. À partir de demain, ils ne pourront entrer dans le pays que par cinq postes frontières dans l’Ouest du Canada et devront suivre la route la plus directe vers l’Alaska. Chaque conducteur recevra une étiquette à accrocher à son rétroviseur qui indiquera la date à laquelle il devra avoir quitté le Canada.

La rentrée scolaire

La Colombie-Britannique, seule juridiction canadienne à avoir fait revenir les élèves en classe dans toute la province avant la fin de l’année scolaire 2020, a annoncé hier que les élèves de la maternelle à la 12e année retourneront à temps plein en classe dès le 8 septembre. Les élèves seront placés en groupes d’apprentissage, selon la recommandation de la santé publique. Selon la Dre Henry, à la fois confiante en son plan mais anxieuse face à l’inconnu, « l’objectif est de soutenir chaque enfant et ce, dans une salle de classe. » 

Share on facebook
Partager sur Facebook
Share on twitter
Partager sur Twitter

Tous nos articles sur la pandémie