Le bilan s’empire, la province cumule les records.

La médecin hygiéniste en chef, Dre Bonnie Henry, à Victoria le 24 août. Photo : Gouvernement de la Colombie-Britannique.

La Colombie-Britannique a affiché, la semaine dernière, son pire décompte en ce qui a trait aux nouveaux cas de COVID-19 depuis le début de la pandémie. Et les données divulguées aujourd’hui ne sont guère plus rassurantes. Il y a eu 109 nouveaux cas de vendredi à samedi, un nombre record en une journée pour la province, et 160 cas entre samedi et lundi.

On compte 913 cas actifs dans la province et la santé publique effectue présentement un suivi auprès de 2 594 personnes en isolation suite à une exposition à des cas confirmés. La jeunesse est toujours en tête avec d’autres groupes d’âge, dont les 50-60 ans, à surveiller.

L’Île de Vancouver compte 13 cas actifs. Les autorités sanitaires continuent de travailler de concert avec la régie de la santé de l’Île de Vancouver pour améliorer la prise de rendez-vous pour le dépistage du virus. 

En dépit du sombre portrait, la médecin hygiéniste en chef Bonnie Henry se dit encouragée par le faible taux de transmission observé. Elle rappelle qu’il existe aujourd’hui une nette différence, en comparaison au mois de mars, dans notre compréhension du virus, dans la méthodologie employée pour identifier les modes de transmission et dans le déploiement des stratégies pour l’arrêter. De plus, la Dre. Henry souligne que les commerces et les organisations en opération suivent désormais un plan de sécurité spécifique à la COVID-19.

« Nous devons apprendre à vivre avec ce virus qui sera avec nous pour les mois à venir » a imploré la Dre. Henry. Elle rappelle que même la Nouvelle-Zélande, qui se pensait à l’abri de l’épidémie après plus de trois mois sans cas, travaille ardemment à prévenir une deuxième vague du virus. La Dre Henry a également mentionné au passage la situation inquiétante chez nos voisins du Sud.

Les autorités sanitaires de la province demandent à la population d’utiliser l’ensemble des mesures de protection – comme la distanciation et le lavage des mains – tout en suivant la règle de 50 personnes maximum par événement, celle de 6 personnes par groupe et la plus importante, celle de rester à la maison en cas de symptômes. 

Le délais de réponse de la ligne 811 est actuellement de moins de 90 secondes.

Share on facebook
Partager sur Facebook
Share on twitter
Partager sur Twitter

Tous nos articles sur la pandémie