La situation des sans-abri lors de la pandémie - Radio Victoria

La situation des sans-abri lors de la pandémie

Croisement des rues Pandora et Quadra
Photo : Radio Victoria

Trois semaines après que la Colombie-Britannique ait déclaré l’état d’urgence, Victoria s’efforce toujours de protéger les sans-abri de la ville face à la pandémie COVID-19.

Bien qu’il n’y ait eu aucun cas confirmé sur l’Île parmi les sans-abri, les experts disent que ce n’est qu’une question de temps – et qu’une action rapide est nécessaire pour faire sortir tout le monde de la rue. « Lorsque COVID-19 frappera la population des sans-abri, ce sera dévastateur », explique Bernie Pauly, professeur de sciences à l’Université de Victoria.

Les abris de Victoria étant pleins et fonctionnant à capacité réduite pour permettre la distanciation sociale demandée, des tentes ont vu le jour dans la ville. Elles bordent les blocs à l’extérieur d’Our Place Society et de Rock Bay Landing et sont en ligne sur la Galloping Goose. Environ 250 personnes dormaient dehors, a déclaré la mairesse Lisa Helps, au 1er avril.

Pour les personnes sans domicile, la lutte fondamentale pour survivre est devenue plus difficile que jamais à cause de la pandémie. Les protocoles de sécurité mis en œuvre ont supprimé l’accès aux ressources indispensables. Les espaces d’accueil offrant des repas gratuits, des toilettes, des vêtements et l’accès aux ordinateurs sont fermés. Les restaurants et les espaces publics tels que les bibliothèques et les centres de loisirs étant fermés également, ces personnes n’ont plus accès à des sanitaires.

Sur la rue Pandora, la ville a installé des toilettes et des points d’eau pour se laver les mains. Les toilettes ont duré environ une semaine avant d’être retirées, obstruées par des aiguilles et des débris. Le personnel escorte maintenant les gens vers et au retour des toilettes d’Our Place Society, qui ferment à 21 h.    

Entre-temps, la ville a ouvert le parc Topaz – et prévoit d’ouvrir le parc Royal Athletic – comme campement temporaire pourvu d’un personnel, de livraison de repas, d’accès à des toilettes, à un point d’eau pour se laver les mains et à un site d’injection surveillé. Il y a actuellement environ 70 tentes au parc Topaz – le site ne fonctionne pas suffisamment bien pour établir l’auto-isolement, il y a seulement deux repas quotidiens livrés et un site d’injection surveillé ouvert pendant seulement deux heures et demie par jour nous rapporte Capital City News.

Source : Capital City News

Plus d'articles :