La Première Nation Cowichan fait face à la COVID-19 et au racisme - Radio Victoria

La Première Nation Cowichan fait face à la COVID-19 et au racisme

Radio victoria Racisme Covid-19, Sonia Furstenau, Chief William Seymour, Cowinchan Racisme
La députée de Cowichan Sonia Furstenau et le maire de North Cowichan, Al Siebring, ont apporté tout leur soutien au Chef William Seymour et aux membres de la Première Nation Cowichan.
Photo : Sonia Furstenau Facebook

Alors que la Première Nation Cowichan fait face à une éclosion de COVID-19 avec 70 cas, elle doit aussi les actes racistes dont ses citoyens sont victimes.

Al Siebring, le directeur de la municipalité de North Cowichan, a publié dimanche un texte fort dénonçant le racisme qui se répand sur les réseaux sociaux contre les membres de la Première Nation Cowichan à cause de la Covid-19.

« Nous ne devons pas tolérer le racisme et nous avons tous un rôle actif à jouer pour mettre fin aux paroles et aux comportements racistes », a-t-il écrit.

Jusqu’à ce début d’année, cette Première Nation avait échappé à la COVID-19.

Mais des cas sont récemment apparus. Plusieurs médias locaux dont Chek news ont interviewé des personnes ayant été victime de racisme à l’exemple de Barb Jimmy, qui a eu son rendez-vous de dentiste annulé simplement du fait qu’elle habite dans la réserve.

Des messages en ligne ont également appelé à renvoyer des employés en fonction de leur appartenance à la Première Nation Cowichan.

Onze élus et dirigeants locaux ont dénoncé dans une lettre collective ce racisme ambiant. On retrouve notamment parmi les signataires des maires, la présidente de l’Université de l’Île de Vancouver, le chef Cowichan William Seymour, la députée provinciale Sonia Furstenau mais également des représentants de la régie de la santé Island Health. Tous ces officiels appellent la population à faire preuve d’empathie, de compassion et de compréhension.

Le conseil de bande Cowichan appellent ses membres à faire appel à lui s’ils se voient refuser des services. Dans son combat contre la COVID-19, la Première Nation Cowichan a décidé d’être transparente, contrairement au gouvernement provincial qui ne dévoile pas dans quelles municipalités apparaissent les nouveaux cas.

La Première Nation Cowichan publie régulièrement des données sur les cas. Lundi, on décomptait 70 cas de Covid-19. Trente-six pour cent d’entre eux étaient agés de 20 à 39 ans. Et six personnes de plus de 60 ans ont été infectées.

La Première Nation Cowichan est la plus importante de Colombie-Britannique avec 5 000 membres. Jusqu’au 22 janvier, ils sont invités à rester chez eux sauf pour des déplacements essentiels. Ils peuvent toutefois aller au travail, à l’école, à des rendez-vous médicaux ou aller acheter de la nourriture. La livraison à domicile est encouragée.

La campagne de vaccination pour la Première Nation Cowichan doit débuter aujourd’hui. Six cent doses du vaccin Pfizer vont être administrées jusqu’à vendredi. Les personnes de plus de 60 ans sont invitées à venir se faire vacciner.

Cette population est la plus à risque face à la COVID-19 et les aînés sont une composante inestimable pour les communautés autochtones. Ce sont eux les gardiens des langues, les passeurs d’histoires et de savoirs ancestraux.

En 1862, les communautés autochtones de l’île de Vancouver ont dû faire face à la variole. Capital Daily est revenu sur cette catastrophe pour la Première Nation Cowichan. A l’époque, la moitié des autochtones de la côte de Colombie-Britannique seraient décédés.

Plus d'articles :