La crise des opioïdes en pleine pandémie de la COVID-19

La médecin hygiéniste en chef Dre. Bonnie Henry et le ministre de la Santé Adrian Dix ont aujourd’hui joint leurs voix pour souligner que la crise des opioïdes continue de s’intensifier dans la province depuis le début de la pandémie.

Les autorités sanitaires de la Colombie-Britannique rapportent 175 morts par surdose au mois de juin, dépassant le nombre record de 171 décès au mois de mai. En comparaison, la COVID-19 a emporté un total de 189 Britanno-Colombiens jusqu’à présent.

« C’est une tragédie pour nous tous, » a déclaré avec émotion la Dre Henry. « Nous devons fournir autant d’effort (que celui déployé pour la pandémie) auprès des consommateurs de drogue qui sont pour la plupart des jeunes hommes — dans 80 % des cas — qui meurent seuls, à la maison. » Elle a ajouté que les habitudes de consommation de plusieurs de ces victimes étaient méconnues par leurs proches.

La fermeture de la province pour gérer la pandémie a contribué à la fermeture d’installations communautaires vitales, isolant les toxicomanes de leurs réseaux de soutien. On observe également une toxicité accrue des drogues en raison des changements apportés ces derniers mois dans la chaîne d’approvisionnement.

Soixante-et-un nouveaux cas d’infection à la COVID-19 ont été enregistrés dans la province depuis mardi dernier, pour un total de 192 cas actifs. Quinze personnes sont présentement hospitalisées, dont trois aux soins intensifs. Le nombre de cas de COVID-19 confirmés depuis le début de la pandémie se chiffre désormais à 3 170. 

Un nouveau cas a été annoncé aujourd’hui dans la régie de santé de l’Île de Vancouver, portant le total des cas actifs à quatre. Le bilan total des cas confirmés, depuis le premier cas déclaré à la mi-mars,  se chiffre désormais à 136.

On compte désormais 27 cas de COVID-19 liés à des expositions lors de fêtes privées à Kelowna entre la fin juin et le début juillet. Les autorités sanitaires rappellent aux personnes présentes lors de ces rassemblements de surveiller leurs symptômes, de minimiser leurs contacts et d’appeler 811 en cas de besoin.

Share on facebook
Partager sur Facebook
Share on twitter
Partager sur Twitter

Tous nos articles sur la pandémie