Francophones impliqués dans vos communautés ? Jusqu’à 50 000 $ en bourses universitaires sont disponibles pour vous

Qu’ont en commun une scientifique dans un laboratoire à Amsterdam qui étudie les changements climatiques,  un conseiller juridique à la Banque africaine de développement à Abidjan, et la doyenne de la faculté d’éducation de l’université de Moncton ?

Tous trois sont des francophones issus de communautés minoritaires au Canada qui ont reçu l’appui de la Fondation Baxter et Alma Ricard pour poursuivre leurs études.

Depuis 1999, la fondation octroie chaque année des bourses aux francophones hors Québec pour poursuivre des études universitaires de cycles supérieurs.

« Aider ces francophones à poursuivre  leurs études supérieures est quelque chose qui me tient à coeur », explique le directeur de la fondation, Alain Landry.

Critère fondamental : pouvoir démontrer son implication au sein de sa communauté.

« On a eu des gens qui avaient des notes superbes, mais ils n’arrivaient pas à trouver quelqu’un qui puisse dire ce qu’ils faisaient dans le monde communautaire », explique Alain Landry en entrevue à Radio Victoria.

Pour ceux qui connaissent bien la communauté francophone de Colombie-Britannique, ils ne seront pas surpris qu’un des premiers récipiendaires de la bourse fût Gino Leblanc, aujourd’hui directeur du Bureau des affaires francophones et francophiles à l’université Simon Fraser. 

M. Leblanc était à l’époque le président de la Fédération des francophones hors-Québec, ancêtre de la Fédération des communautés francophones et acadiennes.

Pas de restrictions d’universités

La bourse permet aux étudiants de payer leurs frais de scolarité pour un deuxième baccalauréat, une maîtrise, un doctorat ou un postdoctorat, ainsi que les frais de déplacements et de subsistances jusqu’à concurrence de 50 000 $. Ces études peuvent être faites dans n’importe quel pays, n’importe quelle langue, et n’importe quel domaine.

Ceux et celles intéressés peuvent soumettre une demande sur le site de la Fondation avant le 1er décembre.

Plus d'articles :