Des employés mis à pied réclament le droit de retourner au travail

Image : Unite Here! Local 40 / facebook

Des employés d’hôtel qui ont été mis à pied durant la pandémie vont manifester devant les bâtiments de l’Assemblée législative de la Colombie-Britannique cet après-midi.

Ils demandent leur retour au travail.

Les membres du syndicat de travailleurs Unite Here! Local 40 seront devant les bâtiments de l’Assemblée législative à midi avec des bannières, des pancartes, des chansons et des mégaphones – tout en portant des masques et en gardant des distances physiques.

Ces manifestants exigent que les employés d’hôtel qui ont été mis à pied aient « le droit légal de retourner au travail lorsque les entreprises rouvriront ». 

Les chiffres de Statistique Canada, publiés en mai, montrent que plus de la moitié des entreprises ont déclaré que leurs revenus avaient chuté de 20% ou plus, certaines entreprises enregistrant même des baisses de plus de 70%, en raison de la pandémie de COVID-19.

L’industrie du tourisme, qui comprend par exemple l’hébergement et les services de restauration, a enregistré une baisse de près de 73% de ses revenus, selon Statistique Canada. Près de 70% des entreprises, du même secteur, ont déclaré avoir licencié plus de 80% de leur main-d’œuvre.

Le 25 juin, la province avait annoncé qu’elle avait prolongé la période durant laquelle les entreprises pouvaient licencier des travailleurs en raison de la pandémie. Depuis le ministère du Travail a étendu la période de licenciement à 24 semaines, annulant ainsi les 16 semaines qui avaient été annoncées début mai.

Cette extension signifie que le programme temporaire expirerait à peu près en même temps que la Prestation canadienne d’urgence, qui elle aussi a été prolongée.

Source : Vic News

Plus d'articles :