ACTUALITÉS

À lire aussi

Le site d’enfouissement de Hartland va produire du gaz naturel renouvelable

23 avril 2020 | François Macone

Le District Régional de la Capital (CRD) a annoncé ce mercredi un accord de principe par lequel FortisBC achètera du gaz naturel renouvelable généré dans le centre de traitement des déchets Hartland Landfill.

Le gaz naturel modifié est une énergie neutre en carbone issue de la capture et de la valorisation du biogaz émis par les déchets organiques en décomposition dans la décharge.

Le projet devrait réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) de la région d’environ 264 000 tonnes d’équivalents de dioxyde de carbone sur 25 ans, ce qui équivaut à retirer 2 240 voitures de la route pendant la même période

« En ce Jour de la Terre, nous partageons cette avancée significative pour réduire davantage les émissions […]. La valorisation du gaz de décharge en gaz naturel renouvelable est la meilleure décision pour le climat » a déclaré Colin Plant, président du conseil d’administration du CRD,

« Malgré l’urgence de santé publique du COVID-19, nous ne sommes pas moins déterminés à réduire les émissions de gaz à effet de serre de manière sûre et abordable », a déclaré Doug Stout, vice-président du développement des marchés de FortisBC.

Augmenter la quantité de gaz renouvelables dans le système de FortisBC est une étape essentielle vers leur objectif 30BY30, un objectif ambitieux de réduire les émissions de GES des clients de 30 % d’ici 2030.

Depuis 2004, le site de Hartland utilise du gaz d’enfouissement pour la production d’énergie verte et fournit actuellement de l’électricité à environ 1 600 foyers de la région.

Toutefois, cet équipement a atteint aujourd’hui ses limites.

Deux options ont été évaluées : agrandir l’équipement de production d’électricité existant pour vendre plus d’électricité à BC Hydro ou installer une usine de valorisation du biogaz à Hartland Landfill.

Une évaluation récente a révélé que la transformation du gaz d’enfouissement en GNR réduira les émissions de GES de la région d’environ 264 000 tonnes d’équivalents de dioxyde de carbone sur la durée de vie du projet de 25 ans. Une amélioration significative par rapport au scénario électrique, qui se traduirait par une réduction d’environ 2 800 tonnes.

Le CRD et FortisBC travaillent actuellement sur un contrat d’approvisionnement qui sera soumis à l’approbation de la British Columbia Utilities Commission.

À lire aussi

Parle-moi de ton bilinguisme

21 juin 2022

Un festival de 10 jours offert par l’orchestre symphonique de Victoria

31 mai 2022

La mort d’un apiculteur : l’analyse de Louis Normand Hébert

30 mai 2022