À Victoria, les élus s’écharpent sur la question des tentes cities

Les services de la ville de Victoria doivent désormais observer une période de trois jours avant de démanteler un logement de fortune jugé abandonné.

Le conseil municipal de Victoria a débattu hier d’une motion visant à protéger les biens et les abris des personnes vivant dans les parcs de la ville, à l’exception de Topaz Parc et de Pandora, contre le démantèlement.

Le rapport, cosigné par les conseillers Sarah Potts, Ben Isitt et Jeremy Loveday, préconisait la modification des règlements administratifs concernant les parcs pendant la période d’urgence sanitaire du COVID-19, afin d’octroyer un délai de 72 heures avant que les agents de la ville ne retirent un abri jugé inoccupé et/ou des objets personnels abandonnés dans les espaces verts municipaux.

Le rapport recommandait par ailleurs que les objets ainsi saisis, au lieu d’être détruits, doivent ensuite être stockés pendant 30 jours afin de pouvoir être réclamés par leur propriétaire.

Après près de deux heures de débats parfois houleux, les élus ont donc décidé de réviser un règlement municipal qui stipule que les tentes et les biens ne peuvent pas être laissés dans les parcs publics ou les espaces verts après 7 heures du matin.

Mais cela ne s’est pas fait sans heurt. Le conseiller Geoff Young, unique représentant à rejeter la motion, a déclaré : « nous sommes en train de lier les mains de notre personnel administratif. Nous ordonnons essentiellement la création d’un nouveau camp de tentes dans le parc Beacon Hill avec cette motion et je pense simplement que c’est une direction déplorable que nous empruntons ».

“Ce n’est en fait pas du tout cela” lui a rétorqué la maire Lisa Helps.

À la suite de cet échange tendu, le conseil a été fermé au public et les élus se sont retiré un bref instant afin de recevoir la façon dont la motion serait interprétée par le personnel.

Shannon Perkins, gestionnaire des services administratifs et des licences de la ville, a déclaré qu’il existe des règles distinctes et que le personnel aurait toujours la capacité de les faire appliquer, comme faire fermer les tentes ou structures temporaires trop grandes ou trop hautes.

Sarah Potts, qui a aidé à rédiger la motion, a noté que de nombreux services aux personnes vulnérables restent fermés en raison de la pandémie.

“Si les gens tombent malades, ils ont encore besoin d’un endroit pour s’isoler pendant 14 jours et ce risque n’est pas parti”, a-t-elle déclaré. “Et je ne veux pas que nous soyons dans une position où nous n’avons pas cette option […]. Nous savons que les gens vivent à Beacon Hill Park. Nous parlons des gens qui y vivent maintenant et de leur capacité à se protéger de ce qui est à venir et que nous ignorons.”

Plusieurs amendements ont été adoptés, dont celui de rendre cette mesure révisable à son échéance d’un mois, le 25 juin prochain.

Share on facebook
Partager sur Facebook
Share on twitter
Partager sur Twitter

Aussi dans l'actualité du Grand Victoria :